IMG_2165

Personne ne peut se vanter d'en avoir assez des connaissances et cela,  les autorités de l’Institut supérieur privé de philosophie/Maison Lavigerie en sont conscientes. C’est pourquoi malgré les cours offerts à leurs étudiants, elles trouvent moyen de consolider et d’enrichir leur potentiel intellectuel.

                Après la première conférence lavigerienne qui leur a permis de comprendre le fonctionnement du CAMES et découvrir le système LMD, les étudiants de l’ISPP/ML sont une fois de plus réunis ce jeudi 23 mars 2017 dans la grande salle de l’institut pour être instruits sur Machiavel. Cette conférence qui a connu la participation de plus d’une centaine d’étudiants et quelques formateurs et enseignants de l’institut a été animée par le Professeur Jacques NANÉMA. Devant cette assemblée curieuse de découvrir qui était vraiment MACHIAVEL, le professeur a prouvé qu’il était à la hauteur de la tâche.

                Parti d’une définition de la philosophie comme « tradition de rationalité critique », le Pr NANÉMA, dans l’optique de mieux et bien se faire comprendre par son audience a organisé sa présentation suivant trois points essentiels : d’abord, un cheminement avec MACHIAVEL, ensuite une étude de sa pensée et    enfin  un regard critique sur l'actualité de la philosophie politique de MACHIAVEL pour notre temps.                                                                                          

Connaitre un homme exige un cheminement avec lui, une étude de son histoire. Cette étude historique nous permettra de dépasser les préjugés qui ne disent pas toujours les choses telles qu’elles sont ou ont été. D’après le Pr, l’homme serait né le 03 mai 1469 et serait mort le 22 juin 1527. Il fut un grand auteur couvert de brouillard et de ténèbres, une figure controversée par la classe politique car accusé de faire une scandaleuse apologie du paganisme. Machiavel est une référence d’une philosophie de l’action et de la liberté.

Or, en scrutant de très près la biobibliographie de MACHIAVEL, on découvre qu’il s’agit d’une référence en matière de philosophie de l’action, de liberté et de patriotisme politique. Tout comme HOBBES, il est un philosophe de l’engagement. MACHAVEL n’est pas le fondateur du MACHIAVELISME  parce que celui-ci est antérieur à lui. Et lui, il a simplement dit plus haut ce que chacun pense tout bas. Pourquoi stigmatiser MACHIAVEL  s’il y a eu du MACHIAVELISME avant lui ? De grands politiciens disent être antimachiavéliques pour mieux masquer leurs actions machiavéliques. Étudier la pensée d’un écrivain exige une prise en considération de son époque afin de comprendre les circonstances dans lesquelles se situent ses écrits.

HEGEL affirme qu’il faut saisir l’auteur sur son contexte historique car la pensée est généralement en rapport avec l’époque. En prenant en compte ce constat  de  HEGEL, M. NANÉMA a  opéré ce parallélisme et il en ressort que la pensée de MACHIAVEL est liée aux problèmes politiques qui secouaient l’Italie à cette époque. En effet, MACHIAVEL en tant que diplomate va œuvrer pour la réunification des principautés d’Italie, pour former un État central. Mais cela va se solder par un échec, suite à l’invasion de la Rome Antique par les peuples Barbares, invasion favorisée par les rivalités internes.

 MACHIAVEL qui est maintenant en retrait loin du pouvoir, utilise l’écriture comme moyen pour la libération l’Italie. Ainsi, MACHIAVEL va fonder sa réflexion sur l’histoire politique de la Rome Antique. Il fait un éloge des Anciens et critique l’idéalisme anthropologique et politique.  Il fait la remarque suivante chez l’homme : « Un porc ne tourmente pas un autre porc, un cerf laisse le cerf en paix : il n’y a que l’homme qui massacre l’homme, qui le crucifie et le dépouille. »

Il reproche à la morale chrétienne d’être à l’origine d’une vision efféminée et lâche de l’homme et de son rôle dans l’histoire. Il faut comprendre par ce reproche que MACHIAVEL était contre le théocentrisme. Pour lui, l’homme est le premier responsable de sa vie ; il lui revient de se battre pour sa propre liberté. C’est ce qui justifie ses invitations aux jeunes italiens de prendre l’avenir de leur pays en mains en se sacrifiant pour sa libération. MACHIAVEL est une source profonde qu’on ne saurait explorer en deux heures, cependant, sa pensée peut-elle apporter un plus à nos idéologies politiques actuelles ?

               La question politique est au centre de la réflexion de MACHIAVEL si bien qu’il était nécessaire pour lui que son pays s’ouvre en ce temps là pour qu’émerge un nouveau prince qui fonderait l’État selon les valeurs suivantes :

-Installer une armée forte et patriotique

-Mettre sur pieds une république

-Concilier les deux forces à la liberté du monde : la FORTUNA et la VÌRTU.

MACHIAVEL pose des questions qui suscitent des débats ; il s’agit de la position que doit prendre la religion vis-à-vis des questions politiques.  La religion doit-elle servir la politique sans sombrer dans la dynamique des purs et simples rapports de forces ?

- Par le patriotisme : une vision selon laquelle il fallait que l’Italie soit un État, … Cette idée générale est une condition préalable pour MACHIAVEL, c’est là son exigence, son point de départ en face des malheurs de son pays.

 

                                                                                                         Wilfrid KINDA

                                                                                                         Étudiant Missionnaire d’Afrique

                                                                                                         Première année

 

IMG_2163

IMG_2164

IMG_2166

IMG_2173

IMG_2177